Passer au contenu principal
Alphabet France
Fleetmag

Comment calculer le TCO de votre flotte de véhicules ?

Le calcul du TCO (total cost of ownership, en français coût total de possession) vous permet de calculer l’ensemble des paramètres qui impactent le coût de détention d’un véhicule. Son analyse et son optimisation guident vos choix vers tels ou tels modèles, en tenant compte de vos besoins et en les confrontant à ces données financières. C’est ce qu’on appelle la « car policy » de l’entreprise.

Les données contractuelles(environ 36 % du total) :

Il s’agit du montant du loyer financier, calculé par votre prestataire de LLD en fonction du prix de base du véhicule, de la durée et du kilométrage prévus au contrat de location longue durée et de la valeur résiduelle de la voiture en fin de contrat (valeur de revente estimée). Ce dernier point est fondamental car certains modèles s’écoulent plus facilement sur le marché de seconde main, ce qui permet de modérer les loyers. La bonne estimation de la dépréciation à venir du véhicule découle du savoir-faire du loueur et impacte le montant du loyer directement.

Le montant des prestations complémentaires souscrites:

Elles intègrent tout ou partie des prestations suivantes : entretien, assistance, pneumatiques, véhicule relais, carte carburant

Les frais fiscaux:

Il s’agit de la TVS (taxe sur les véhicules de société), des bonus ou malus écologiques, des dépenses d’immatriculation, etc. Chaque année, les taux évoluent et il faut donc surveiller de près ces montants.

La consommation de carburant:

L’information est fournie par le constructeur et s’avère de plus en plus fiable avec les nouvelles réglementations WLTP. Elle entre dans le calcul du TCO pour près de 25% de la dépense globale liée à la détention du véhicule. A noter que les récupérations de TVA sont différentes selon l’énergie retenue (diesel versus essence par exemple) mais que la fiscalité des deux types de carburant sera progressivement harmonisée jusqu’à 2022 (voir encadré).

Total Cost of Ownership

Depuis le 1er janvier 2017 un dispositif est mis en place de manière à aligner en cinq ans la déductibilité de la TVA de l’essence sur celle du gazole. L’objectif : encourager l’équipement des entreprises en véhicules à essence et réduire la part du diesel dans les parcs d’entreprise. En 2018, les entreprises pouvaient donc déduire la TVA sur le carburant des VP et VU essence à hauteur de 20 %. Cette déduction passe à 40 % en 2019, puis à 60 % en 2020 et 80 % à partir de 2021.