Nouvelles mobilités

Les Français et la mobilité électrique

Publié le 11/02/2022
Mobilité électrique 2022

Depuis près de 10 ans, l’Avere (Association nationale pour le développement de la mobilité électrique) et Mobivia réalisent avec Ipsos un baromètre dédié à la mobilité électrique. Cette nouvelle édition révèle une forte hausse du niveau de conscience des enjeux environnementaux et un intérêt croissant pour les véhicules électriques. 

L’automobile sinon rien

L’utilisation d’une voiture reste le moyen le plus utilisé pour se déplacer et connait un léger regain par rapport à 2018 (+2 points). 48 % des Français utilisent leur voiture tous les jours ou presque.

Fréquence moyens transport

76 % des personnes interrogées parcourent moins de 50 km par jour avec leur véhicule. La distance moyenne parcourue chaque jour est de 29 km. Ces distances sont restées relativement stables entre 2012 et 2021, et le télétravail n’a pas encore d’effets mesurables. Les auteurs de l’étude en concluent que ces distances ne sont guère élastiques à la baisse et que la voiture particulière reste indispensable pour la grande majorité. 

Combien de kilomètres pour déplacements quotidiens

Dans une étude récente, Alphabet évaluait la distance moyenne domicile-travail à 19 km.

De la conscience écologique à la découverte des solutions.

L’ère du climato-scepticisme semble révolue. Plus de 80% (+8 points / 2018) des Français se disent prêts à changer leurs habitudes de mobilité pour améliorer la qualité de l’air et pour lutter contre le changement climatique. 

Habitudes mobilité

En quête de solutions, les Français cherchent de l’information et la trouvent sans difficultés : 53 % des sondés, par exemple, ont le sentiment d’être bien informés sur le prix des voitures électriques, contre 36 % en 2018 et seulement 24 % en 2012.

Informations véhicule électrique

46 % sont convaincus que le véhicule électrique représente l'avenir de la mobilité automobile. Ce niveau d’adhésion à la solution « véhicule électrique » dépend du niveau d’expertise du sujet et de son âge.

Solution avenir véhicule électrique
  • 63 % des personnes se disant les mieux informées sur le véhicule électrique sont convaincues que le véhicule électrique est l'avenir de la mobilité
  • 76 % des 15 - 24 ans sont convaincus que le véhicule électrique est l'avenir de la mobilité
  • 38 % des personnes interrogées ont déjà essayé un véhicule électrique : un chiffre en forte hausse par rapport à 2018 (+ 16 points). 56 % de ceux qui ont fait cet essai considèrent qu’il répond à leurs besoins, contre 42 % des sondés n’en ayant jamais essayé. 

Prêts à changer !

Au premier abord, le véhicule électrique semble avoir conquis les Français. Il est perçu comme valorisant, écologique, agréable à conduire et économique à l'usage.

Adjectifs véhicule électrique

Ils ont, pour la plupart, évalué les capacités de recharge dans leur environnement. 1 Français sur 3 a la possibilité de recharger un véhicule électrique, que ce soit à son domicile, sur le lieu de son entreprise ou via un point de recharge ouvert au public.

Possibilité recharge véhicule électrique

Les Français considèrent en outre que l’offre de la majorité des marques s’est suffisamment élargie pour leur laisser le choix.

78 % des sondés estiment qu'avec une autonomie de 300 km, couramment atteinte aujourd’hui,  le véhicule électrique remplit leurs besoins de mobilité.

Prêts à changer, vraiment ?

Et pourtant au moment de passer à l’achat, deux obstacles majeurs freinent leur enthousiasme :

Les Français souhaitent pouvoir disposer d’un niveau d’autonomie électrique plus élevé que réellement nécessaire. Leurs repères pour juger de la « bonne » autonomie sont de plusieurs ordres : 

  • Le rayon d’action de leur véhicule thermique, souvent diesel et capable de franchir la barre des 1000 km sans refaire le plein, 
  • La distance de leurs lieux de vacances et de loisirs, qu’ils voudraient pouvoir rallier d’une traite. 
  • Leur faible niveau de confiance dans le réseau public de charge, et un temps de recharge perçu comme trop long.
  • Enfin, la voiture reste associée à un souhait d’indépendance et de liberté, que le « fil à la patte » électrique viendrait entraver.

La deuxième haie à franchir pour transformer l’intérêt en intention d’achat est d’ordre budgétaire : 55% des François ne sont pas encore prêts à assumer le surcoût lié à l’achat d’un véhicule électrique.

Propositions véhicule électrique

S’il ne fallait retenir qu’un chiffre : « près d’un Français sur deux est déjà convaincu que le véhicule électrique peut remplacer totalement leur véhicule actuel ». Pour passer à l’étape suivante et convaincre la grande majorité, le triptyque est connu : augmentation de l’autonomie, densification du réseau de charge, alignement du coût d’acquisition sur celui des motorisations thermiques.

Accédez à l’intégralité de l’étude AVERE-MOBIVIA

Articles et services liés

La voiture électrique, une prise de tête ?

La voiture électrique, une prise de tête ?