Passer au contenu principal
Alphabet France
Fleetmag

Bilan du marché automobile 2020

Ce qu'il faut retenir du marché automobile 2020 :

Très affecté par la crise sanitaire, le marché automobile français (VP + VUL) a chuté de 23,8% en volume en 2020. Au-delà de ce chiffre brut, l’analyse de ses composantes apporte quelques enseignements. En effet, pour les spécialistes de ce marché, la crise de 2020 a joué un rôle de catalyseur et a permis d’accélérer la transition énergétique. 

2020 : Une évolution en dents de scie

1,65 million de voitures particulières neuves ont été mises en circulation l’année dernière, contre 2,2 millions en 2019, selon le CCFA (Comité des constructeurs français d’automobiles).

Le confinement du printemps, marqué par la fermeture des usines et des concessions, a eu des conséquences très lourdes sur les volumes qui se sont écroulées de 72 % en mars et de 88,8 % en avril. Dopé par le plan de soutien mis en place en juin, le marché français est alors reparti fortement et a résisté pendant le second confinement. 

Au-delà de ce marché déprimé, il est possible de discerner des nuances ou des tendances :

Le marché des entreprises a mieux résisté que celui des ménages. 755 223 véhicules ont été immatriculés sur ce marché en 2020, soit une baisse de 16,51 % par rapport à 2019.

Le marché du VUL, en baisse de 16,1% en 2020 et 402 383 immatriculations, a moins souffert que celui du VP. Il a bénéficié de la croissance des achats en ligne des ménages pendant les périodes de confinement : la logistique du « dernier kilomètre » pour la livraison à domicile de ces achats a boosté l’utilisation de véhicules utilitaires légers. 

Le marché de l'occasion a conclu l'année 2020 sur un léger repli de 3,5%, à 5,589 millions de véhicules. Deux raisons principales expliquent ce relatif succès :

  • La crise a révélé de nouveaux besoins des ménages : même s’ils ne peuvent acquérir un véhicule neuf, ils souhaitent préserver leur mobilité, moins dépendre des transports en commun et minimiser le risque sanitaire. 
  • La prime à la conversion mise en place en Juin 2020 a aussi bénéficié aux acheteurs de VO.

Mais le point le plus remarquable est la très forte croissance des motorisations hybrides et électriques.

La part des voitures hybrides et électriques a atteint 21,5 % des immatriculations totales en 2020, soit un quasi triplement par rapport à 2019.

  • Alors que la part des motorisations essence avait augmenté ces dernières années, elle baisse de 11% en 2020. L’application des normes WLTP s’est révélée pénalisante pour ce type de motorisation.
  • Les ventes de voitures particulières diesel ont continué de diminuer de 34,1% en 2019 à 30,6 % en 2020. Depuis 2014, la baisse dépasse 50 %.  
  • La plus forte progression en part de marché revient aux véhicules électriques : comptant pour moins de 1% du marché avant 2018, puis 1,9% en 2019, ils représentent 6,7% des immatriculations de voitures particulières neuves en 2020. Sur le seul mois de décembre 2020, les ventes de véhicules électriques ont augmenté de 400 % par rapport à décembre 2019, atteignant 11,1 % de parts de marché.
  • Les hybrides s’arrogent 14,8 % du marché en 2020 contre 5,7 % en 2019. Cette progression est encore plus marquée pour les hybrides rechargeables (PHEV) avec des immatriculations en hausse de 650 % en décembre 2020 à 8,1 % de part de marché.

 

Marché Français par type d'énergie (VP)
Marché Français par type d'énergie (VP)

Confirmation de la tendance en Europe et au-delà 

Dans les autres pays d’Europe, les aides gouvernementales à l’achat et à la transition énergétique sont généralement moins élevées qu’en France : la progression de l’électrification y est un peu moins forte.

Le cabinet Schmidt Automotive Research rapporte que 1,33 million de véhicules électrifiés se sont vendus en Europe de l’Ouest en 2020 (0,55 million en 2019), soit 12 % des immatriculations sur les 18 marchés observés. 

La part des véhicules strictement électriques atteint 55 % de ce total, avec 726 000 unités (354 000 en 2019).

Selon l’OFV (Conseil d’information norvégien sur le trafic routier), la Norvège est le premier pays au monde où les voitures électriques ont représenté plus de 50% des nouvelles immatriculations annuelles. La part de marché des véhicules électriques a atteint 54,3 % en 2020, contre 42,4 % un an plus tôt. Les quatre modèles neufs les plus vendus dans le pays sont tous électriques: Audi e-tron, Tesla Model 3, Volkswagen ID.3 et Nissan Leaf.

Pour 2021, les prévisions des analystes convergent :

  • Selon Matthias Heck, analyste de l’agence Moody’s, l’industrie automobile devrait rebondir en France de 10,7 % en 2021 et de 10,5 % en 2022.
  • En raison de la reconduction du bonus écologique, une poursuite de la croissance des motorisations électriques est attendue par AAAData pour le premier semestre. A plus long terme, l’élargissement de l’offre de véhicules verts devrait pérenniser cette tendance.