Passer au contenu principal
Alphabet France
Fleetmag

La boîte de vitesses manuelle, c’est pas automatique !

Si les conducteurs Français ont longtemps exprimé leur préférence pour les boîtes de vitesses manuelles, cette situation est en train de changer. Le consensus pour une conduite plus apaisée, l’arrivée massive sur le marché de modèles électrifiés et les avancées technologiques vers le véhicule autonome affaiblissent les dernières résistances.

Cette préférence pour le classique levier de vitesses avait de « bonnes » raisons :

  • Une boîte automatique présentait un coût supplémentaire à l’achat, à l’entretien et à l’usage, et générait une surconsommation en carburant.
  • Le bénéfice en confort de la boite automatique était moindre dans des pays peu densifiés comme la France, où la fréquence de changement des vitesses est plus faible.
  • Pour certains, le plaisir de conduire passe par le passage des vitesses.

Mais cela est moins pertinent aujourd’hui et la boîte automatique connait de plus en plus d’adeptes. De 3 % de parts de marché en 1995 en France, les transmissions automatisées sont passées à 9 % en 2010 et à plus de 35% en 2020.

Il ne s’agit que d’un « rattrapage », car depuis la fin des années 50, la majorité des voitures vendues aux États-Unis est équipée d’une boîte automatique – une proportion qui a atteint 95% en 2020. Les automobilistes chinois (60 % de boîtes automatiques) et japonais (90 % de boîtes automatiques) n’aiment pas, eux non plus, avoir à gérer une pédale d’embrayage et un levier de vitesses. Au niveau mondial, plus d’un véhicule sur deux sort d’usine avec une transmission automatique.

Pourquoi préférer la boite automatique aujourd’hui ?

Conscients de l’évolution de la demande, les industriels ont beaucoup investi sur ces technologies et l’on distingue plusieurs solutions pour la même fonction :

  • La boîte de vitesses automatique (BVA)

C’est la boîte automatique traditionnelle, dotée d’un convertisseur de couple hydraulique, qui peut « patiner » pour assurer en douceur la fonction d’embrayage.

BVA BMW
BVA BMW
  • La boîte de vitesses robotisée (BVR) 

Il s’agit d’une boîte mécanique sur laquelle sont adaptés des actionneurs électromécaniques qui embrayent, débrayent et passent les vitesses à votre place.

BVR Dacia
BVR Dacia
  • La transmission à variation continue (CVT)

Cette transmission utilise une courroie et deux poulies, dont l’écartement varie afin de moduler le rapport de transmission. Il est possible de simuler des vitesses.

CVT Toyota
CVT Toyota

Ces nouvelles boîtes de vitesses automatiques offrent aujourd’hui de meilleures performances que les boîtes manuelles :

  • Elles sont dotées d’un grand nombre de rapports et les passages de vitesses sont devenus quasiment imperceptibles.
  • Le dernier rapport, très long, permet de rouler à faible régime sur les grands axes, avec des bénéfices en termes de silence et d’économie.
  • L’électronique est devenue plus efficace que le conducteur pour passer les rapports au moment optimal.
  • Leur coût s’est réduit et les solutions de financement comme la LLD permettent de lisser cette charge marginale.
  • Dans un trafic toujours plus dense et congestionné en zone urbaine, le conducteur gardera plus facilement son calme s’il n’a pas à gérer levier de vitesses et embrayage.

Automatique, sinon rien

Et même si quelques résistants restent attachés au plaisir d’une conduite « à l’ancienne », leur cause risque de faire long feu à l’heure de l’électrification massive des véhicules. 

  • Sur les voitures électriques, on trouve bien les mêmes commandes que celles proposées par une boîte automatique, mais en réalité, il n’y a même pas de boîte de vitesse. En effet, un moteur électrique délivre sa puissance dans une plage de fonctionnement si large qu'il est capable d'assurer sa vitesse maximale avec un seul rapport de transmission. Ces transmissions sont simplement équipées d’un réducteur, système qui permet aux roues de tourner moins vite que l’arbre moteur.
  • Concernant les hybrides, il existe différentes solutions techniques en fonction du moteur qui entraine effectivement les roues. Dans la pratique, plus aucun constructeur ne commercialise d’hybride à boîte manuelle. Tous préfèrent confier à un système électronique la gestion complexe du système hybride.

Dans le futur, l’arrivée de la voiture autonome va probablement signifier la fin définitive du passage manuel des vitesses, les deux techniques étant, d’évidence, incompatibles. La boîte manuelle aura donc perdu la bataille des transmissions. Quelques véhicules thermiques sportifs et exclusifs pourront-ils survivre à cette extinction ?