Passer au contenu principal
Alphabet France
Fleetmag

Véhicule électrique : Le réseau de distribution d’électricité ne fera pas défaut

Il n’y aura pas de défaillance du réseau de distribution malgré l’essor du véhicule électrique, pour peu que tous les conducteurs ne se mettent pas simultanément à utiliser des chargeurs rapides. Mais il faudra les inciter à étaler leur demande dans le temps et leur proposer des solutions pratiques, en particulier dans les centres-villes et dans les bâtiments anciens.

Yannick Perez, spécialiste de l’électromobilité (voir encadré), nous rassure sur les réserves de puissance et sur la qualité de l’électricité fournie aujourd’hui en France. Il constate d’abord le décollage des ventes, avec 30000 véhicules mis à la route en 2017 en France. Au total, il y en a plus de 100000 qui circulent déjà sur les routes françaises et plus de 2millions dans le monde.

Les entreprises ont montré la voie, suivies depuis peu par le grand public. En particulier, les mesures de restriction de circulation dans les grandes villes se sont traduites, à chaque fois qu’elles ont été médiatisées, par une poussée des ventes du modèle le plus répandu, à savoir la Renault Zoe.

Pas de problème à venir pour le réseau de distribution électrique

Mais nos inquiétudes concernant la capacité du réseau électrique à supporter cet accroissement de la demande sont-elles fondées? Yannick Perez fait la part des choses. Les charges à vitesse lente, même pour des millions de véhicules, ne posent pas vraiment de problème et il n’est pas nécessaire de construire de nouvelles centrales nucléaires!

En revanche, si tout le monde veut effectuer une recharge rapide simultanément à l’heure de pointe en hiver, le réseau actuel ne peut faire face ce type de demande. Par comparaison, l’expert nous rappelle que si nous allumions tous en même temps l’ensemble de nos appareils électriques, cela nécessiterait un réseau six fois plus puissant que l’actuel pour satisfaire la demande. Ce n’est heureusement pas le cas car nous répartissons nos sollicitations dans la journée. Et ce notamment parce que les distributeurs d’électricité nous y incitent financièrement, avec des tarifs « heures creuses » par exemple.

Des besoins qui varient avec la vitesse de charge

Yannick Perez établit des distinctions selon la vitesse de charge :

  • Dans de nombreux cas, une simple prise électrique dans un garage, délivrant la même puissance que celle nécessaire au fonctionnement d’un lave-linge, suffira pour charger son véhicule en 8 ou 9heures, pour un coût de 1 ou 2euros.
  • À l’autre bout du spectre, des charges rapides (chargeur de 50kW pour un délai de 30minutes) voire ultrarapides (chargeur de 350kW pour un délai de 5minutes comme le propose le groupe Ionity) vont solliciter plus fortement le réseau mais reviendront beaucoup plus cher.

On peut en espérer un équilibrage de la demande. Mais il faudra pouvoir répondre à toutes les situations, en particulier dans l’entreprise.

La charge lente représentera la majorité des usages.

A l’heure actuelle, la charge lente concerne près de 90% des conducteurs qui effectuent des trajets domicile-bureau en contexte urbain. Ils ont souvent accès à une prise dans leur garage privé. Les entreprises peuvent également prévoir des prises ad hoc pour ceux de leurs salariés qui n’ont pas à prendre leur véhicule dans la journée.

L’installation de ces chargeurs, dans les réalisations de bureaux ou de logements neufs, a fait l’objet d’ajustements réglementaires. Concrètement, si vous emménagez des locaux neufs, il est aujourd’hui possible de vous livrer les places de parking correspondantes avec leurs prises raccordées et associées à l’abonnement de l’occupant du local.

En revanche, dans l’ancien, la situation est plus complexe puisqu’il faut obtenir l’accord de la copropriété pour engager les travaux de raccordement. De plus, l’installation reste très coûteuse et revient actuellement à plus de 2000 euros par prise posée. Yannick Perez conclut que les habitants de ces immeubles ou de ces bureaux anciens vont devoir se tourner vers des stations extérieures pour effectuer leurs recharges. Reste à savoir si ce réseau va se développer assez rapidement.