Passer au contenu principal
Alphabet France
Fleetmag

Quelles motorisations en 2030 ?

source : Youtube Mesta Fusion - Idemia
MINI COOPER S E ALL4 COUNTRYMAN
MINI COOPER S E ALL4 COUNTRYMAN

Utilisant les outils de régulation à leur disposition, et en particulier la fiscalité, les gouvernements tentent d’orienter les futurs achats des ménages et des entreprises vers des véhicules verts ; mais avec quels résultats ? 

C’est la question à laquelle tentent de répondre les analystes du BCG (Boston Consulting Group) qui viennent de publier des projections d’électrification du marché automobile pour la décennie 2020-2030.

L’électrique, mais pas seulement 

L’essentiel de leurs prévisions tient en deux chiffres-clés :

  • 51 % des véhicules neufs vendus en 2030 seront électrifiés. 
  • 82 % des véhicules neufs vendus en 2030 conserveront un moteur à combustion, éventuellement assisté de différents niveaux d’électrification.

Ainsi, et selon le BCG, la révolution industrielle tiendrait moins dans l’abandon du moteur à combustion que dans l’ajout des nouvelles fonctions d’électrification. 

Les volumes de production des moteurs à combustion continueraient à augmenter pour atteindre les 100 millions d’unités en 2024 avant de revenir à 90 millions en 2030. 

  • ICE (Internal Combustion Engine) : Véhicule à moteur thermique Diesel et Essence.
  • BEV (Battery Electric Vehicle) : Véhicule strictement électrique
  • PHEV (Plug In Hybrid Electric Vehicle) : Véhicule hybride thermique-électrique rechargeable sur le secteur
  • HEV (Hybrid Electric Vehicle) : Véhicule avec système hybride capable de mouvoir le véhicule, mais non-rechargeable sur le secteur
  • MHEV (Mild Hybrid Electric Vehicle) : Véhicule avec système hybride léger capable de récupérer une part de l’énergie cinétique

Une vision complète « du puits à la roue »

En prévoyant une part de marché d’encore près de 50 % en 2030 pour les véhicules exclusivement thermiques, le BCG apparait relativement conservateur. Mais ces prévisions sont étayées et précisées par région du monde :

  • Les projections ne présentent pas de différences fondamentales par marché: 

Part BEV

2025

2030

Europe

9%

25%

US

7%

21%

Chine

12%

26%

  • La part du diesel, motorisation spécifique à l’Europe,  continue à se réduire sur la période. 
  • De 2020 à 2025, la pression règlementaire en Europe et en Chine accélère l’électrification alors que le retard pris par les États-Unis freine la transition.
  • De 2025 à 2030, la pression règlementaire est plus faible. Le choix des acheteurs est guidé par le coût total de la mobilité (soit essentiellement amortissement + énergie) et non plus par les incitations fiscales.
  • Le BCG prévoit des baisses du prix des batteries plus faibles qu’attendu : 100$/kWh en 2030 contre 126$/kWh en 2018.
  • Un transfert de la pompe à la prise électrique imposera une modification de la structure de la fiscalité, une taxation de la mobilité quelle que soit la motorisation et donc des coûts énergétiques moins différenciés par type de motorisation. 
  • Convertir le véhicule thermique en véhicule électrique n’est pas suffisant : La production et le stockage d’une électricité propre sont aussi essentiels. Mais la production à très grande échelle d’énergie renouvelable s’avère plus complexe que l’électrification stricte des véhicules.
Impact en émissions de CO2 d’un véhicule du segment C sur son cycle de vie
Impact en émissions de CO2 d’un véhicule du segment C sur son cycle de vie

La position du BCG apparaît contrariante mais compréhensible : rien ne sert de courir trop vite vers le véhicule électrique si l’énergie servant à le recharger n’est pas aussi verte que lui. Le chemin vers un véhicule propre « du puits à la roue » s’avérant plus long qu’espéré, le véhicule de la décennie ne sera donc pas majoritairement un véhicule 100% électrique, mais plutôt un véhicule hybride.

Source : Boston Consulting group