Passer au contenu principal
Alphabet France
Fleetmag

Nouvelle Renault Megane E-TECH Electrique

Source : fr.media.renault.com
Source : fr.media.renault.com

Il y a 10 ans, Renault entrait dans l’ère électrique avec la ZOE.

En juin 2021, Luca de Meo, directeur général de Renault, détaillait une nouvelle stratégie électrique baptisée « Renaulution » et dévoilait le concept R5 électrique. En présentant au salon IAA de Munich un nouveau véhicule électrique du segment C destiné à un large public, le constructeur joue une carte essentielle.

Source : fr.media.renault.com
Source : fr.media.renault.com

Megane toujours

La Megane E-TECH n’a rien de commun avec ses homonymes thermiques. En conservant ce patronyme, Renault s’assure de la notoriété du modèle et d’une percée rapide au cœur de son offre. Cela signifie aussi que ce nouveau véhicule électrique n’est ni exclusif, ni élitiste et peut rendre les mêmes services que la Megane thermique. A son lancement, la Megane E-TECH va trouver peu de concurrentes sur son chemin (Volkswagen ID.3, Citroën ë-C4, Cupra Born), mais cela ne devrait pas durer. Renault compte néanmoins sur les atouts spécifiques de son nouveau modèle pour occuper le segment.

« Electric design »

Pour la Megane E-TECH, Renault réinvente la berline familiale à 5 portes, sa marque de fabrique depuis la Renault 16. La nouvelle plate-forme CMF-EV, dédiée à l’électrique, accueille une batterie de 11 cm d’épaisseur seulement, qui laisse du champ à l’interprétation par les designers. Longue de 4,20 m et haute de 1,50 m, la Megane E-TECH arbore une silhouette à mi-chemin entre une berline compacte et un coupé. Pour plaire au plus grand nombre, elle utilise quelques gimmicks de SUV tels que les bas de caisse noirs et la ceinture de caisse haute.

Source : fr.media.renault.com
Source : fr.media.renault.com

L’accueil de la presse à Munich et celui des réseaux sociaux sont encourageants : le fait que Renault abandonne ici la profusion de détails au profit de lignes plus fluides est apprécié, et cette version pourrait faire de l’ombre à ses sœurs thermiques.

L’implantation de la batterie profite aussi à l’habitabilité. L’empattement long  (2,70 m) permet d’offrir beaucoup d’espace aux passagers. Le volume de coffre est aussi plus important que sur les modèles thermiques : 440 l contre 384 l.

Source : fr.media.renault.com
Source : fr.media.renault.com

Les « digital natives » se familiariseront rapidement à une instrumentation 100% digitale, en rupture avec les productions habituelles de Renault. Une dalle en forme de « L » inversé allie une tablette tactile centrale de 12” à un écran numérique de 12,3” placé sous les yeux du conducteur.

Source : fr.media.renault.com
Source : fr.media.renault.com

Électrique et dynamique

Lors de la présentation officielle, Luca de Meo a insisté sur le plaisir de conduire que procure cette nouvelle Megane et a utilisé le qualificatif « GTI ». Il balaye ainsi les derniers préjugés voulant que la conduite de voitures électriques soit lourde et fade.

La forme « galette » de la batterie permet en effet de baisser le centre de gravité et donc d’améliorer l’équilibre du véhicule en mouvement. Une direction directe et un train arrière multi-bras complètent ses caractéristiques dynamiques.

Un nouveau groupe motopropulseur développé au sein de l’Alliance Renault/Nissan équipe la Megane E-TECH. Il s’agit d’un moteur synchrone à rotor bobiné compact et léger. Il sera disponible en deux niveaux de puissance : 130 ch et 218 ch. La version la plus puissante permet de passer de 0 à 100 km/h en 7,4 secondes.

La Mégane E-TECH proposera de choisir entre deux batteries de 40 ou 60 kWh, offrant une autonomie WLTP de 300 km ou 470 km. La recharge en roulant s’opère via 4 niveaux de freinage régénératif. Une gestion prédictive utilisant la navigation optimise l’efficience de cette régénération. La recharge à l’arrêt est possible avec toutes les infrastructures de recharge. Elle accepte jusqu’à 22 kW en courant alternatif (AC), et jusqu’à 130 kW en courant continu (DC). 

Cette Megane E-TECH sera produite dans le nouveau pôle industriel « Renault ElectriCity » situé dans le nord de la France. Les sites de Douai, Maubeuge et Ruitz ont été reconvertis pour produire 400.000 véhicules électriques par an à l’horizon 2025. 

Les essais de la presse et la commercialisation de cette nouvelle Renault n’ont pas encore débuté, mais son potentiel ne fait guère de doutes. La Megane thermique est une incontournable des flottes d’entreprise. La fiscalité avantageuse de cette version électrique motivera et accélèrera les renouvellements... tout en conservant le nom du modèle !