Passer au contenu principal
Alphabet France
Fleetmag

BMW Série 1 : en avant toute !

BMW l’avait annoncé de longue date : la Série 1 vient d'adopter la traction avant. Ce sera sans doute un atout sécurité de plus pour les gestionnaires de flotte, mais ce n’est pas la seule nouveauté de ce modèle très attendu.

BMW, pourtant défenseur historique des véhicules à propulsion, avait déjà adopté la traction avant pour les Série 2, les X1 et les X2, et ce notamment pour une raison industrielle : ces modèles, tout comme les MINI et maintenant la Série 1, sont construits sur une même plateforme baptisée "UKL".

Au-delà de ce changement majeur, le style de la nouvelle Série 1 apparaît comme une évolution de l’ancienne génération. Des lignes plus tendues, des optiques plus inclinées, des boucliers enveloppants donnent à la voiture une allure plus dynamique.

Plus de place à bord !

Si la nouvelle Série 1 est sensiblement plus courte que le modèle précédent (4,32 mètres, soit 5 mm de moins), elle réussit à offrir plus de place à bord.

L’espace pour les jambes est en effet supérieur de 33 mm aux places arrière et le coffre passe d’un volume de chargement de 360 à 380 litres (1200 litres sièges rabattus).

A l’instar de ses rivales que sont les Audi A3 et Mercedes Classe A, la nouvelle Série 1 n’est proposée qu’en versions à cinq portes.

Une mécanique au service de l’économie et de l’expérience de conduite

La nouvelle Série 1 est proposée en deux moteurs à essence et trois moteurs Diesel.

La 118i est équipée d'un trois-cylindres 1.5 l de 140 ch alors que la M135i reçoit le puissant 2 litres de 306 ch. La gamme Diesel s’articule autour des 116d, 118d et 120d de respectivement 116, 150 ou 190 ch. La transmission intégrale xDrive est livrée sur les modèles les plus puissants.

Pour les flottes, le 116d s’avère particulièrement intéressant puisqu’il annonce des émissions de CO2 de 100 g/km (121 g/km pour la 118i).

Dans la grande tradition BMW, cette nouvelle version devrait continuer à fournir un grand plaisir de conduite à ses utilisateurs. Car la nouvelle Série1 a conservé toute son agilité grâce à une suspension arrière multi-bras et à un système électronique permettant de corriger le sous-virage, défaut chronique des tractions.

Sur grand écran !

Les innovations se retrouvent aussi dans l’habitacle. Pour les versions supérieures, l’instrumentation prend la forme d’un écran central personnalisable de 10,25 pouces appelé « Live Cockpit Professional ».

Ces écrans peuvent être largement personnalisés. Les aides à la conduite et autres équipements technologiques sont nombreux : système de freinage d’urgence, régulateur de vitesse adaptatif, verrouillage de la voiture via un smartphone ou encore l’assistant personnel apprenant à connaître vos préférences. En disant « Hey BMW", on accède à de nombreuses fonctionnalités tandis que la voiture devient un véritable interlocuteur. Ces technologies, réservées encore récemment aux Séries 5 ou 7 deviennent donc accessibles dès l’entrée dans la gamme BMW.

Pour simplifier le tri entre toutes les possibilités d’équipements de la nouvelle Série 1, la version « Business design » pourrait représenter le bon choix pour les entreprises. En plus des équipements déjà nombreux de la version de base (Freinage d’urgence avec détection des piétons ; aide au maintien dans la voie…), le conducteur de cette version disposera aussi d’un GPS avec services connectés, d’un régulateur de vitesse avec fonction freinage en descente, du Park Assist …

Désormais convertie à la traction, la Série 1 rentre dans le rang, mais le bilan est largement positif : Ce qu’elle perd en originalité est plus que compensé par une auto plus habitable, plus sure, plus technologique, en un mot plus polyvalente. Gestionnaires de flotte et conducteurs devraient l’apprécier !