Passer au contenu principal
Alphabet France
Fleetmag

Baromètre mobilité : l’alternative « écolo » bondit !

La voiture reste l’option privilégiée des actifs pour se rendre au travail, certes, mais les « transports doux » s’imposent de plus en plus, faisant entrer le souci écologique dans le top 3 des motivations, derrière la rapidité et la liberté des déplacements. Une nouvelle donne que les entreprises doivent intégrer !

Chaque année, le baromètre Alphabet France / Ifop analyse les tendances des actifs français en matière de mobilité. Selon la version 2019, parue en novembre, les actifs interrogés sont 72% à utiliser une voiture, thermique (56%) ou électrique / hybride (22%), dans le cadre de leur travail.  Ce chiffre reste élevé mais tend à baisser : il était de 76% en 2018 et de 81% en 2017. Cette tendance profite directement aux « transports doux » (marche à pied, vélo et trottinette classiques ou à assistance électrique, transports en commun) qui comptent aujourd’hui 39,2% d’adeptes, contre seulement 20% en 2018. 

Tous ces chiffres sont bien sûr à nuancer. Ainsi, les utilisateurs de voiture atteignent 85,2% dans les agglomérations de moins de 100 000 habitants contre 45,1% en région parisienne, par exemple. A l’inverse, 51,7% des actifs déclarent aller travailler à pied dans les grandes villes, quand la moyenne des sondés n’est que de 30,8%. 

Le respect de l’environnement sur le podium des motivations 

Derrière la réduction globale de l’usage de la voiture au profit d’alternatives moins énergivores, une nouvelle motivation s’invite : le respect de l’environnement. C’est la première raison évoquée (à 50%) par les usagers de transports « doux » électriques, la deuxième (à 40%) par ceux des transports « doux » classiques et la troisième (avec 39%) pour les usagers des transports en commun. 

Deux autres motivations prioritaires poussent les actifs à choisir un mode de déplacement plutôt qu’un autre : 

·       La rapidité : Le baromètre révèle à ce titre que le temps moyen domicile-travail des actifs français est de 23 minutes, pour une distance moyenne de 18 kilomètres. 

·      L’autonomie et la liberté dans les déplacements. 

Les entreprises en première ligne pour soutenir la tendance verte 

Les entreprises jouent un rôle important dans le choix des modes de transport de leurs salariés. En effet, 50% des actifs interrogés disent disposer de solutions ou de services de mobilité mis en place par leur employeur, ce qui contribue d’ailleurs à améliorer leur qualité de vie au travail : 

  • 27% bénéficient du remboursement de tout ou partie de leurs titres de transports en commun.
  • 26% bénéficient d’un remboursement forfaitaire ou au réel de leurs frais kilométriques. Cette solution est, selon le baromètre, la plus attendue des actifs sondés ; 
  • 16% ont accès à des espaces de stationnement vélos ou deux et trois-roues;
  • 15% disposent d’un véhicule de fonction ou de service de façon permanente ou ponctuelle.
  • 6% bénéficient de bornes de recharge pour voitures électriques ou vélos à assistance électrique.
  • 6% profitent d’un système de mise en relation entre salariés pour faciliter le covoiturage. 

Ces deux derniers points témoignent du souci des entreprises de répondre précisément aux besoins de mobilité de leurs collaborateurs tout en prenant en compte la dimension environnementale. Stéphane Crasnier, Président-directeur général d’Alphabet France, indique : « Pour fidéliser leurs salariés et attirer de nouveaux talents, les entreprises doivent s’adapter à leurs besoins en matière de mobilité. Par exemple, en leur proposant des véhicules aux motorisations plus respectueuses de l’environnement (électriques ou hybrides rechargeables) ou en leur proposant des véhicules thermiques lorsque l’usage l’exige et en facilitant l’accès à des bornes de recharge. Mais aussi en leur offrant des solutions alternatives à l’utilisation quotidienne d’une voiture : mise à disposition de véhicules en autopartage ou déploiement d’un système de covoiturage, par exemple – ce qui contribuera également à réduire notablement leur empreinte carbone. »