Passer au contenu principal
Alphabet France
Fleetmag

Le VAE sur la bonne voie

 La crise sanitaire a largement modifié nos habitudes, en particulier dans le domaine des déplacements. Les français privilégient aujourd’hui les transports individuels : l’automobile bien sûr, et le vélo, électrique surtout, pour les trajets urbains. A tel point que la demande excède l’offre depuis le mois de mai. Cette pénurie dépasse le cadre de la France et les experts estiment qu’elle ne sera résorbée que courant 2021. 

En y regardant de plus près, 2020 confirme et amplifie une croissance structurelle. Selon l’Officiel du cycle, à 2,33 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019, le marché était en croissance de 10,1 % en valeur par rapport à 2018, et en recul de 2% en volume. Ce sont bien les vélos à assistance électrique (VAE) qui portent cette croissance, avec 388.000 ventes l’an dernier (+12,1% par rapport à 2018). Le prix moyen se retrouve logiquement en hausse (+10%), à 1 749 euros. La part de marché du VAE atteint 45,2% en valeur. Ce niveau élevé de demande est soutenu par des aides qui impliquent l’État, les collectivités locales, les entreprises et les citoyens.

L'allocation « forfait mobilités durables » :

Ce dispositif, qui remplace l'ancienne « indemnité kilométrique vélo », est entré en application le 11 mai 2020. Il permet à l'employeur de prendre en charge tout ou partie des frais engagés par ses salariés, pour leurs déplacements entre leur résidence habituelle et leur lieu de travail, avec un vélo simple ou électrique.

La prise en charge par l'employeur est facultative et limitée à 400 € par an et par salarié. Cette prise en charge est cumulable avec l'abonnement de transport en commun mais dans cette limite globale de 400 €.

L'allocation « forfait mobilités durables » est exonérée d'impôt et de cotisation sociale dans cette limite de 400 €.

Ce dispositif autorise également la prise en charge :

  • du covoiturage (conducteur ou passager) ;
  • des moyens de déplacement en location ou en libre-service tels que les scooters ou trottinettes électriques ;
  • de l'autopartage à motorisation non thermique.

Bonus vélo à assistance électrique

L’obtention de cette prime de l’État a été réduite et impose plusieurs conditions :

  • Être majeur et justifier d'un domicile en France.
  • Avoir un revenu fiscal de référence par part, inférieur ou égal à 13.489 €. 
  • Ne jamais avoir bénéficié auparavant d’une aide nationale pour un achat de même type.
  • Avoir obtenu au préalable l’aide d’une collectivité.
  • Le VAE acquis doit être neuf et ne pas utiliser de batterie au plomb.
  • Le VAE ne doit pas être cédé dans l'année suivant son acquisition.

Cette aide de l’État reste plafonnée à la plus petite des deux sommes suivantes :

  • 200 € (aide totale). C’est-à-dire que si la collectivité donne 100 €, l’État ajoute 100 € supplémentaires.
  • 20% du prix d’achat TTC. 

Aides des collectivités territoriales :

La prime de l’état étant limitée, les collectivités territoriales ont pris le relais.  En voici quelques exemples 

  • Paris : La ville propose, sans conditions de ressources, soit un bonus qui peut aller jusqu’à 400 € pour les vélos électriques et à 600 € pour les vélos-cargos, électriques ou non, soit une aide s’élevant à 33% de leur valeur d’achat TTC. 
  • Vannes Agglomération : La prime y est de 25% du prix du VAE neuf dans la limite de montants fixés en fonction des quotients familiaux des demandeurs et pour un versement maximum de 300 €.
  • Lyon Métropole (59 communes) : Subvention de 100 € pour l’achat d’un VAE, d’un vélo pliant ou d’un vélo-cargo ou familial. Aucune condition de ressources. 
  • Toulouse Métropole (37 communes) : sous condition de ressources (revenus du foyer inférieurs à 28.800 € par an) et avec l’engagement du bénéficiaire à le garder 3 ans, l’aide est de 100 € pour l’achat d’un VAE neuf ou d’occasion, obligatoirement gravé selon le procédé Bicycode.  
  • Bouches-du-Rhône : sans condition de ressources, la subvention pour les résidents est de 25% du prix d’achat TTC, plafonnée à 400 €. Elle concerne les vélos et les tricycles à assistance électrique.  
  • Ile-de-France : Son aide sans condition de ressources, en vigueur depuis février 2020, est plafonnée à 500 €. Si le résident francilien a déjà obtenu une aide de sa ville, elle en sera déduite. 
  • Occitanie : Aide sous la forme d’un « éco-chèque mobilité » de 100 € pour l'achat d'un VAE neuf chez un professionnel de la région. Condition : ne pas être imposable sur les revenus ou avoir un quotient familial dans la première tranche d'imposition. 

Ces exemples ne sont pas exhaustifs de l’offre actuelle et il convient à chaque acheteur de VAE de vérifier auprès des collectivités dont il relève si une aide existe.

Aide à la réparation de vélo 

Le coût d’acquisition élevé d’un VAE a mené le législateur à inciter aussi à l’utilisation de vélos plus anciens et non électrifiés. Le plan "Coup de Pouce Vélo", applicable depuis le 11 mai et initialement doté de 60 millions d'euros, a été porté le 14 septembre 2020 à 80 millions d’euros. Il offre :

  • La prise en charge jusqu'à 50 € pour la remise en état d'un vélo au sein du réseau des réparateurs référencés 
  • Une séance d’accompagnement à l'usage du vélo (prise en main, circulation en ville, itinéraire adapté, etc.)
  • La prise en charge de 60% des coûts d'installation de places de stationnement temporaire vélo pour les collectivités publiques ou privées.

La croissance du VAE semble acquise pour les prochaines années. La prise de conscience écologique des citoyens et des entreprises, les économies réalisées à l’achat et à l’utilisation  d’un VAE, l’adaptation des villes aux mobilités douces, les incitations financières déployées par les pouvoirs publics vont séduire salariés et entreprises.

Certaines d’entre elles vont même intégrer le VAE à leur plan de mobilité, à la condition qu’elles soient installées en ville ou en proche périphérie. Une question essentielle reste en suspens : à l’heure ou la voiture la plus économique propose un niveau de confort et de sécurité élevé (climatisation, airbags, aides à la conduite...), le vélo, fut-il électrique, laisse son utilisateur bien exposé...