Passer au contenu principal

Notre point de vue sur la mobilité mérite d'être relancé après les mesures corona

Onze kijk op mobiliteit verdient een herstart na de coronamaatregelen

Un certain nombre de discussions intéressantes à propos de la mobilité ont fait surface ces derniers mois. Par exemple, la voiture a été (temporairement) échangée contre le vélo, les transports publics ont pris un coup et nous avons dû nous limiter aux déplacements essentiels. Cela a incité Alphabet à vous interroger sur vos expériences et votre vision de l'avenir par une enquête.

Les résultats montrent qu'il y a une grande volonté de traiter la mobilité d'une nouvelle manière, après les mesures de sécurité de Corona. De plus en plus de homeworking et des déplacements à vélo et de moins en moins de déplacements en voiture. La conclusion la plus importante : la crise sanitaire actuelle nous a incités à être ouverts aux alternatives. Et ceci est justement notre raison d'être chez Alphabet : réfléchir consciemment aux solutions de mobilité et ne pas avoir peur de les adapter. 

En pleine période de confinement, Alphabet a mis en place une enquête à propos de la mobilité afin de "mesurer l'impact des mesures de sécurité sur la vision de la mobilité". Les gestionnaires de flotte, les PDG, les responsables des ressources humaines et les utilisateurs de la mobilité ont partagé leurs opinions. 379 personnes ont participé à notre enquête.

Un avenir avec des alternatives ? 

Il ne semble pas qu’un retournement complet ou une pression sur le bouton de réinitialisation puisse être possible. Mais un répondant sur quatre indique qu'il a l'intention d'aborder la mobilité de manière plus consciente et qu'il choisira donc des alternatives lorsque cela sera possible. Par exemple, la voiture restera plus au garage (35% des répondants néerlandophone, 28% des répondants francophone) et le vélo sera pris plus souvent (42% néerlandophone, 20% francophone). 

Une grande partie de nos déplacements sont le résultat de nos activités professionnelles. Les déplacements domicile-travail ont diminué de façon spectaculaire pendant la durée du confinement, grâce à l'énorme hausse du travail à domicile. De 1 jour par semaine (27% néerlandophone, 18% francophone) ou sporadiquement (25% néerlandophone, 28% francophone) avant les mesures de sécurité corona à quelques jours par semaine (61% néerlandophone, 37% francophone) maintenant. Il semblerait qu’il ne soit donc pas nécessaire que nous allions tous au bureau tout le temps.

Qu'en est-il des transports publics et de la mobilité partagée ?

Toutes les formes de mobilité ne sortent pas indemnes de cette période de corona, comme les transports publics et la mobilité partagée

Une enquête précédente, pré-corona à propos de la mobilité a montré que 68% des personnes interrogées considèrent que les transports publics ne sont pas fiables. Cette conviction n'est actuellement renforcée que par les préoccupations des navetteurs concernant la "distanciation sociale" et les mesures d'hygiène. Ou précisément l'impossibilité de répondre à ces exigences dans les transports publics. Par exemple, près d'une personne interrogée sur trois dans la nouvelle enquête indique qu'elle utilisera moins les transports publics à partir de maintenant. 

L'enthousiasme pour la mobilité partagée est également tempéré par l'ensemble des mesures de sécurité. Avant que la pandémie ne prenne le dessus sur nos vies, 2 Belges sur 10 utilisaient parfois un taxi ou un Uber. Le nombre d’utilisateurs des voitures partagées était plus limité (5%). Et tout comme pour les transports publics, vous n'avez aucune idée de l'identité de l’utilisateur précédent de la voiture partagée. En plus vous n’avez pas de certitudes quant à la mesure dans laquelle il ou elle assure le suivi des mesures de hygiène. Mais la mobilité partagée a encore de l'avenir. Près d'un répondant sur trois n'exclut certainement pas le recours à cette type de mobilité.

Adieu les transports publics, bonjour le vélo ? 

Cependant, les résultats n'indiquent pas la fin des transports publics. Au contraire, après la voiture, la combinaison train-tram-bus reste le moyen de transport le plus populaire. Le moyen de transport qui enlève des "parts de marché" aux transports publics est le vélo (électrique). Avant l'apparition du coronavirus, les Flamands, pour la plupart, ont indiqué qu'ils souhaitaient utiliser plus souvent le vélo (électrique) à l'avenir. Cette conviction est maintenant confirmée dans notre nouvelle étude, tant chez les Flamands que chez les habitants de Bruxelles et de la région wallonne.

Le vélo n'est pas seulement une façon hygiénique et saine de se déplacer, il permet également d'éviter les embouteillages. De plus, vous pouvez toujours être sûr d'avoir un vélo à votre disposition, quand et où vous le souhaitez.

Que nous réserve l'avenir ? 

Un bon 40 % des personnes interrogées se sont déclarées insatisfaites des options de mobilité actuelles de leur employeur. Ils soulignent l'importance d'une offre de mobilité diversifiée. Il n'y a pas de solution unique, mais une approche personnalisée adaptée à chaque employé. 

Alphabet veut donc poursuivre ses efforts pour rendre cette liberté de choix possible, facile et abordable. Jetez un coup d'œil à toutes nos solutions de mobilité dès maintenant.

Alphabet a mené une enquête en ligne auprès d'un groupe représentatif de 379 Belges actifs. Ils ont été interrogés entre le 18 mai et le 9 juin 2020.

Suivez nous sur
Hi, I am Alphie. How can I help you?