Passer au contenu principal

La conduite électrique : une expérience toute personnelle

La conduite électrique : une expérience toute personnelle

Rouler à l’électricité, c’est comment ? Nous pourrions tous essayer d’y répondre théoriquement, de nous imaginer ce que cela fait. Mais rien ne vaut une expérience réelle. La conduite est quelque chose de très personnel, chacun a ses propres préférences. Alphabet accorde une grande importance à l’expérience utilisateur, nous avons donc donné la parole à trois collaborateurs qui ont pu tester la conduite électrique pendant quelques jours : Anja, Kelly et Olivier.

Vous aimeriez savoir ce qu’en ont pensé les autres participants au test ? Découvrez-le ici.

Le récit d’Anja

Certains commencent par regarder ce qui se cache sous le capot de la voiture. D’autres examinent d’abord ses lignes et les finitions de l’habitacle. Anja fait partie de ces personnes. Elle est sensible à ces détails qui font toute la différence. Mais l’expérience de conduite reste bien évidemment déterminante.

Alors, cette voiture électrique, qu’en dit-elle ?

« Petite, mais agréable », c’est pour moi l’esprit de la MINI Electric. Elle correspond évidemment à ce que l’on attend d’une véritable MINI : son habitacle est très sobre et élégant, pour un caractère résolument sportif. Et la petite mélodie futuriste au démarrage n’est pas pour me déplaire. Je suis prête à partir ! À moins que... Est-ce que j’ai bien débranché le câble de recharge ? Je ferais mieux de vérifier avant d’enfoncer la pédale d’accélérateur...

Comment décririez-vous votre expérience de conduite ?

Si vous aimez la conduite dynamique, je vous recommande d’essayer la MINI-E. Dès le démarrage, vous atteignez directement la vitesse souhaitée. Besoin de ralentir à l’approche d’un autre véhicule ? Relâchez doucement la pédale d’accélérateur et la voiture freine d’elle-même. Et pendant ce temps, le tableau de bord m’indique que la batterie profite de la manœuvre pour se recharger. Parfait ! Mais attention, « lever le pied » n’est pas toujours évident. Il faut un peu d’entraînement pour parvenir à l’effet de freinage recherché. La puissance diminue en effet très rapidement si vous relâchez la pédale d’accélérateur de manière trop brusque. Un temps d’adaptation est donc nécessaire, ce qui peut parfois être désagréable pour les passagers L’avantage, c’est qu’une fois l’effet maîtrisé, vous n’aurez presque plus jamais besoin des freins. Gardez simplement un pied sur la pédale. Et si cette option ne vous plaît pas, vous pouvez réduire l’effet de freinage d’une simple pression sur un bouton. Dans ce cas, bien sûr, la capacité de recharge lors du freinage sera également moindre.

Très sportive, cette voiture a une suspension un peu raide et un profil d’assise abaissé, deux caractéristiques que j’ai appréciées pendant la conduite. Cette voiture électrique est vive et réactive !

La conduite électrique : quel est votre verdict ?

De retour chez moi, j’ai pu recharger la voiture à notre borne de recharge domestique. Je n’ai donc pas testé de borne publique. Étant donné que j’ai accès à une borne chez moi et au travail, une voiture électrique est pour moi aussi pratique qu’une voiture à combustion classique. Enfin, la conduite électrique m’a semblé nettement plus agréable : moins de bruit, plus fluide dans le trafic et écologique.

Ma prochaine voiture sera donc un modèle électrique, pas de doute là-dessus !

L’expérience de Kelly

Certains conducteurs sont ouverts à la conduite électrique. Mais lors d’un test, il arrive qu’un véhicule réussisse à dépasser toutes leurs attentes. Et même les bornes de recharge publiques, parfois décevantes, n’entament pas leur enthousiasme. Kelly est l’une de ces personnes.

Quelles ont été vos premières impressions ? Comment s’est passée la prise en main ?

J’ai récemment conduit la MINI Electric pendant un week-end, et comme je m’y attendais, j’ai vécu une expérience hors du commun ! Avant toute chose, je me dois de préciser que je suis une adepte des voitures électriques et que l’autonomie ou la recharge électrique ne m’effrayait pas du tout.

Ce que je voulais tester, c’était l’autonomie réelle. C’est pourquoi je suis partie un jour à la mer. Voilà un vrai test de ses capacités ! Et tout s’est bien passé ! L’expérience m’a appris que les bornes de recharge publiques peuvent être particulièrement frustrantes. Il n’y en a vraiment pas assez. Dans un monde idéal, vous partez à la mer avec une batterie entièrement chargée, mais la borne de recharge publique de mon quartier était inaccessible (la place était prise par une voiture diesel...). Je suis tout de même partie, ne me laissant pas décourager, avec une demi-charge.

Peut-être pourrais-je recharger en cours de route ?

Pour mon premier arrêt, j’ai utilisé une borne de recharge rapide sur l’autoroute. J’y ai rechargé la voiture pendant 20 minutes pour arriver à 80 % de la capacité de la batterie et j’ai repris la route. Une fois arrivée à Middelkerke, il me restait 50 km d’autonomie. Puisque je ne reste qu’un jour, je me mets directement en quête d’une borne de recharge. La borne de recharge publique est là aussi décevante... Aurais-je dû faire plus de recherches avant mon départ ?

Petite anecdote : Middelkerke compte quatre bornes de recharge, malheureusement occupées toute la journée par des PHEV (des voitures hybrides rechargeables).

Comment trouver une borne libre ?

J’ai découvert SMOOV, une application qui répertorie les bornes de recharge et leur disponibilité. Elle est gratuite et très utile : je la recommande à tout le monde. La fonction « monitor » est particulièrement pratique, je trouve, car elle vous envoie une notification dès que la borne de recharge est disponible. Et voilà qu’en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, je reçois le message « borne de recharge disponible ». C’est mon jour de chance ! Mais pas tout à fait... La borne de recharge se trouve dans une zone bleue, où l’on peut stationner pendant maximum 2 heures, avec disque de stationnement. J’ai reçu une amende, que j’ai contestée auprès de la commune de Middelkerke. J’attends encore le verdict.

Sur le chemin du retour, je me suis arrêtée une dernière fois à la borne de recharge rapide, au cas où la borne de recharge publique de Londerzeel, chez moi, ne serait pas disponible.

Que retenez-vous de cette expérience ?

Cette MINI est fidèle à la marque. Agréable à conduire, chouette look. Elle offre tout ce que l’on attend d’une MINI, mais en version électrique. Je la conseille aux personnes qui font surtout de courtes distances : déplacements entre le domicile et le lieu de travail, dans leur petit village ou les communes voisines. Les plus longs trajets sont tout à fait possibles, à condition de bien s’organiser. Vous devez vraiment tenir compte de l’offre limitée en bornes de recharge publiques.

Globalement, j’ai adoré l’expérience. Si l’occasion se présente, je conduirais volontiers une MINI électrique au quotidien. Avec une borne de recharge domestique, évidemment.

Témoignage d’Olivier

La conduite électrique convient-elle également aux personnes qui habitent à 50 km de leur lieu de travail ? Et trouve-t-on facilement des bornes de recharge à Bruxelles ? Olivier s’est lancé dans une « mission impossible », avant de vite découvrir qu’elle n’avait rien d’impossible.

Pourquoi avez-vous pris part à ce test ?

J’avais envie de tester la conduite électrique le temps d’un week-end. Même si cela impliquait de prendre l’autoroute et de parcourir 50 kilomètres pour regagner mon domicile. En plus, je n’ai pas de borne de recharge à la maison. Je pensais que j’allais devoir économiser des kilomètres lors de ce week-end pour en avoir assez pour rejoindre Alphabet.

Que pensez-vous de la recharge ?

Quand j’ai pris possession du véhicule, j’ai été pris de panique. Le véhicule était chargé à 75 %, soit une autonomie de 150 km. Quand je suis arrivé à Bruxelles, il ne restait que 50 % d’autonomie. Heureusement, j’avais fait quelques recherches et constaté qu’il y avait à Bruxelles nettement plus de bornes de recharge que je ne le pensais. Et il y en a même très près de mon domicile ! Après une heure (de quoi profiter d’un petit verre en terrasse), j’avais à nouveau 50 % d’autonomie. La conduite en ville n’a pas beaucoup diminué l’autonomie, elle est donc assez économe.

Cela m’a fait sérieusement envisager de passer à une voiture 100 % électrique, même sans borne de recharge à domicile. J’utilise principalement la voiture pour des trajets de 50 km, sur l’autoroute.

Quels sont les avantages et les inconvénients de ce mode de conduite, selon vous ?

POINTS POSITIFS

  • Véhicule silencieux
  • Plus de bornes de recharge (à Bruxelles et dans ses alentours) que je ne le pensai
  • Conduite très confortable en ville

POINTS NÉGATIFS

  • Sans borne à domicile, déplacements limités
  • Vous devez revoir vos habitudes : oubliez les pleins en 5 minutes, il faut laisser son véhicule à une borne de recharge et en profiter pour faire autre chose (aller manger un bout, faire du shopping, rendre visite à quelqu’un, etc.). Si vous n’avez pas de borne de recharge à la maison ou dans votre quartier, « faire autre chose » peut bien vite être peu commode, en cas de mauvais temps.

Alors, votre verdict ?

Honnêtement, l’expérience me paraissait mission impossible, mais s’est révélée parfaitement réalisable. Tout est une question de nouvelles habitudes à prendre et d’un peu d’informations. J’attends avec impatience mon prochain trajet en voiture électrique !

En bref : go for electric !

Si vous voulez de plus amples informations, ne manquez pas de visiter le site web, vous y trouverez toutes les bornes de recharge à Bruxelles, en Belgique et en Europe.

Envie d’en savoir plus ?

Découvrez ici l’expérience des autres participants au test.

Et vous en apprendrez plus sur l’offre électrique d’Alphabet sur la page AlphaElectric de notre site ?

Hi, I am Alphie. How can I help you?